Idées à offrir pour se distinguer selon les occasions: cérémonies, remerciements, cadeaux

Une touche légèrement retro soigneusement maitrisée anime l’univers lyrique de Petit Berge. Un coup de cœur que j’ai envie de partager avec vous tant pour le trait de crayon que pour le plus grand plaisir des yeux grâce à l’utilisation savante des tonalités mates, véritable signature de chaque dessin. Des illustrations qui saisissent sur le vif un moment pour éterniser l’instant présent. Une palette ou prédomine le blanc pour faire la lumière sur les détails saisis dans le vif.

Petit Berge – Les contes

Tout autant d’histoires illustrées que d’événements ou des cérémonies immortalisées sur un joli papier imprimé en France. Des jeux de sociétés sous forme de cartes, des jeux de plateaux ou encore des jeux d’imitations dessinés à la main. Du Beau, du Vrai, du Bien, comme le décrit si bien son auteure, qui apportent du bonheur sur le pas de sa porte et donne le sourire pour voir la vie en couleurs. Le petit truc en plus, le lieu de la création estampillé dans le descriptif des produits comme une invitation à un joli voyage au cœur de chaque réalisation.

Petit Berge – Les mois de l’année

Mon coup de cœur, le kit de la maîtresse que vous pouvez retrouver ici

www.petitberge.com

Avec des très jolies photos en prime pour davantage mettre en valeur ce kit. Une bonne surprise si vous êtes en panne d’idées. A l’intérieur une véritable ardoise pour s’amuser, des cartes, des affiches, des feuilles d’écritures etc.

Sans oublier pour cette fin d’année ou arrive l’été, les remerciements à transmettre aux maîtresses et aux maîtres. Quelques exemples illustrés ici

www.petitberge.com


Un univers dynamique et pleins de ressources aussi agréable que charmant. Merci Petit Berge pour toutes ces belles idées.

www.petitberge.com

DIY: Comment changer un système de fermeture abimé?

Un t-shirt tant aimé qu’il en devient difficile de le laisser respirer. A peine le temps de le laver qu’il repart pour un tour? C’est « The » T-shirt pour votre loupiotte et à force le mettre, le remettre, le tirailler dans tous les sens pour l’enfiler « tout seul », de l’éprouver dans la cours de récré, au parc etc. Le joli système de fermeture finit par flancher. Impossible de s’en séparer alors je vous propose de changer la fermeture pour le nouer avec des rubans.

IMG_20200531_103855

Fournitures:

  • 135 cm de biais de 20mm – prêt à l’emploi ou à fabriquer
  • 1 t-shirt dont la fermeture doit-être changée
  • 1 mètre ruban
  • Des épingles
  • Du fils ton sur ton avec votre ruban et/ou avec votre t-shirt
  • 1 fer à repasser
  • 1 machine à coudre ou une aiguille
  • 1 paire de ciseaux

Temps de réalisation : entre 20 et 45 minutes en fonction de votre aisance à coudre

Tuto changer la fermeture

1/ Coupez les fils de la ganse.

2/ Découdre les fils d’assemblage du bouton en les coupant. Attention à ne pas trouer le T-shirt lors de la coupe. Prenez votre temps.

3/ Repassez votre biais. La longueur totale du biais doit-être coupée en 2 pour obtenir 66 cm.

4/ Puis pliez le bais de nouveau en 2 (soit 33 cm).

5/ Épinglez vos 2 épaisseurs qui se chevauchent.

6/ Passez à la machine pour coudre le biais de chaque côté une fois plié ou coudre à la main les deux épaisseurs du biais l’une sur l’autre.

7/ Coupez les fils.

8/ Arrêtez les fils à l’aide d’un nœud ou d’un point d’arrêt.

9/ Placez 1 ruban de part et d’autre de la fente du dos à l’intérieur du vêtement. Piquez à la machine à coudre ou faites vos points à la main. Nouez vos liens.

Ici quelques liens pour apprendre à arranger joliment les rosettes:

IMG_20200531_133458

L’astuce! Cette nouvelle fermeture est réglable et permet de s’ajuster à toutes les carrures. Si le T-shirt semblait un peu juste, à présent il suffit de faire le nœud un peu plus lâche ou à une distance plus éloignée des extrémités.

Si vous aimez cet article, faites le moi savoir en commentaire.

Comment faire la robe aux épaules dénudées

 

Envie de réaliser une robe dans un esprit estival pour votre enfant puisque l’été s’approche et que l’école, pour  les enfants scolarisés, s’organise sur la base du volontariat selon le programme du déconfinement progressif. Le rythme des vacances va prochainement s’inviter chez nous. Une occasion supplémentaire de choisir de passer du temps en famille et de faire des activités ensemble ou de prendre le temps de réaliser des choses qui nous passionnent. Pour celles qui auraient sauter sur cette opportunité pour faire de la couture, durant le confinement, pour celles qui ont la couture comme objet de loisirs ou de s’y essayer tout simplement, cet article est pour vous.

Visuel inspiration robe vertbaudet

Je remarque peu de marque de patrons qui tiennent la route, à mon sens. J’ai quelques marques de patron chouchou, bien sûr. Je vous en parlerais dans un prochain post. C’est très personnel mais les coupes proposées sont loin des modèles lookés et semblent souvent démodés par rapport aux produits que je peux repérer dans les boutiques ou sur les réseaux sociaux. Évidemment les photos, les éclairages, les mises en situation des produits font rêver ce qui augmentent l’aspect désirabilité des vêtements. J’ai donc eu envie de vous décrypter mes coups de cœurs. Afin que vous puissiez vous approprier les modèles et les réaliser.

Modéliste est un vrai métier et si vous n’êtes pas à l’aise avec  la construction des patrons, la géométrie ou tout ce qui touche de près ou de loin ces étapes préalables à la réalisation d’un vêtement, vous pouvez modifier ceux qui existent déjà. En plus d’être un gain de temps, cela vous permet de personnaliser un modèle et de le rendre unique; ceci par le choix de la longueur, de la largeur, celui du tissu sélectionné, des détails ajoutés, utiliser le haut de l’un et le bas de l’autre etc. C’est ainsi que l’on créé des modèles exclusifs.

Pour cette robe au coloris vif de chez Vertbaudet, vous pouvez utiliser le patron de la robe COQUETTE de chez Les Fusettes, que vous trouverez par ici.

Pour quelles raisons ce patron peut-il m’aider à réaliser mon projet?

L’avantage c’est qu’il existe déjà. Inutile de partir de rien. La forme du corps est similaire au modèle d’inspiration. Les différentes déclinaisons proposées dans la pochette présentent des manches, une découpe dos et devant. Les transformations à apporter représentent des étapes assez simples à réaliser et vous permettra de prendre confiance en vous si vous débutez. Si vous êtes d’un niveau plus expérimenté cette facilité va encore plus vous booster pour entreprendre ce projet couture.

Comment faire pour réaliser le modèle d’inspiration

Vous pouvez utiliser la forme A de la robe COQUETTE de chez les Fusettes. Pour l’encolure, vous pourrez faire une finition avec un biais intérieur cousu avec un point invisible sur l’intérieur du vêtement à la place du col Claudine. Choisissez les manches de la proposition B et retirer la hauteur de la tête de manche de manière à obtenir l’effet de l’épaule dénudée. Pour obtenir les fronces il faut compter au moins deux fois la largeur initiale proposée sur la patronage et ajouter l’équivalent de la valeur du tunnel pour passer l’élastique x2 en fonction de la largeur choisie (5mm/8mm/10mm) et ajouter la valeur de couture (entre 5mm et 10mm). Finalisez en ajustant à la dimension du bras.

pour quelle morpho?

Cette forme évasée est idéale pour toute les morphologies, que la sature soit plus ou moins forte puisque tout est dissimulé par le tissu. Seuls apparaissent bras et jambes qui semblent visuellement plus fins que la masse colorée.

Pour allonger la silhouette de votre fillette, je conseille d’opter pour une longueur au dessus du genou.  La découpe du buste est très haute et l’encolure est très fermée ce qui a pour conséquence de créer visuellement un aspect disproportionné si la longueur dépasse le niveau du genou.

image d'accueilla redoute

http://www.verbaudet.fr                                http://www.laredoute.fr

Comment finaliser le look?

Une paire de tennis blanche et des lacets contrastés ou encore des tennis Bensimon en toile à personnaliser pour un look actuel. La tennis originale est présentée dans cet article ►Lire la suite. Pour une tenue de cérémonie vous pouvez opter pour des chaussures ouvertes dans un coloris métallisé pour apporter du contraste ou plus subtilité grâce aux camaïeux de couleurs.

Sparkle in pink

http://www.sparkleinpink.com

Gardez à l’esprit que vos réalisations n’ont de limites que votre créativité. D’une inspiration née une multitudes de déclinaisons et de possibilités infinies. De quoi vous occuper. Lancez-vous, vous allez adorer créer.

Si ce type d’article vous plait, foncez et dites-le moi en commentaire. J’ai hâte de vous lire.

Image d’Accueil : Vertbaudet

DIY :Comment réaliser des petits carnets?

Penser à recycler lorsque l’on fait le tri est un bon moyen de donner une nouvelle vie à certains objets qui ne servent plus ou qui sont oubliés au fond des tiroirs. Le  confinement ouvre des nouvelles perspectives. Il faut se réinventer face aux nécessités imposées; moins de liberté pour limiter les risques sanitaires; un bon prétexte pour utiliser des feuilles de papier à dessins inutilisées pour réaliser des carnets de note, pour conserver les dessins de vos enfants ou toutes autres utilisations selon son inspiration.

Fournitures

Fournitures:

  • 6 feuilles Canson 24x32cm
  • 3 feuilles de papier calque
  • Chutes de tissus ou autres matériaux issus des loisirs créatifs
  • Cartons recyclés ou autres supports de votre choix
  • Ruban adhésif double faces ou colle adaptée aux matériaux choisis
  • Paire de ciseaux ou cutter
  • Règle
  • Fils à coudre
  • Aiguille ou machine à coudre
  • Vernis transparent – dans le cas où vous choisissez du tissu

Temps de réalisation 45 minutes

Tuto carnets d inspiration

1/ Réunissez votre matériel pour réaliser votre carnet. Récupérez des éléments dans votre poubelle de tris, dans vos tiroirs. Partez à la chasse aux trésors avec cette joie que vous aviez étant enfant. Demandez de l’aide à vos loupiottes, elles ne demandent que ça. Les enfants ont souvent de très bonnes idées remplies de créativité.

2/ Appliquez-vous pour superposer vos feuilles en papier et faire une pile dont chaque feuillet est bien aligné. Puis intercalez vos calques entre les feuilles de papier. Le papier calque sert de séparateur et protège vos photos, vos collages ou dessins des frottements. Alignez de nouveau si nécessaire. Cette alternance de différents supports soigne votre présentation et permet d’aérer vos notes avec style. Placer la page de couverture sous toute la pile.

Placez un repère au milieu de votre pile à l’aide de votre crayon à papier et tracez un trait au crayon de haut en bas. Puis, passez à la machine au point droit ou coudre avec une aiguille en perçant les différentes épaisseurs de papiers en même temps le long de votre repère tracé au crayon. Veillez à ce que tous les feuillets soient bien maintenus pour rester en place lorsque vous êtes en train de coudre. Arrêtez les fils avec un nœud et coupez ceux qui dépassent.

3/ Prenez une chutes de tissu et taillez la hauteur de votre carnet (ici 24 cm). J’ai compté pour ce carnet une largeur de 8cmx24cm pour ma bande de tissu.

4/ Une fois votre bande de tissu découpée, appliquez le pinceau du vernis de manière perpendiculaire par rapport à l’épaisseur du tissu coupé pour stopper l’effilochage des bords.

5/ Pliez en deux votre livret et relevez la partie gauche pour la rabattre sur la droite.

6/ Aidez-vous d’une règle. Placez la règle contre votre couture et relevez le côté gauche vers le haut. Écrasez le dessus de votre carnet contre la règle grâce à vos doigts ou votre main. Puis affirmez cette cassure avec le plat de votre main en rabattant complètement les feuillets sur la partie restée sur la table.

7/ Appliquez du ruban double faces sur l’envers de votre tissu (le côté ou les motifs sont le plus effacés) puis collez le milieu de votre morceau de tissu sur la couture visible depuis l’extérieur. Ce morceau de tissu sert à cacher la couture et s’utilise en guise de reliure décorative. A l’aide du plat de la main, lissez le tissu sur le devant et la partie dos jusqu’à ce que le résultat soit lisse.

8 & 9/ Le carnet est prêt pour que vous puissiez tout noter ou tout conserver précieusement. Le temps de réalisation diminue au fur et à mesure que vous multipliez vos carnets.

3 idées pour faire des carnets:

3 idees de carnets

Des reliures à la japonaises sur http://www.lesaventuresdespetitspois

Des fenêtres sur carnets sur http://www.lamirose.com

Des carnets réalisés dans un esprit portefeuille sur http://www.ing-things.blogspot.com

A vous de vous lancer avec toute votre créativité, peut-être accompagné(e) de vos loupiottes pour faire une activité en famille. Inutile de sortir pour acheter du matériel, rien de mieux que de trouver des trésors cachés ou de réinventer de nouvelles utilisations aux objets pour leur offrir une seconde vie.

Dites-moi en commentaire à quoi vous servent vos carnets? J’ai hâte de vous lire.

Pourquoi un must have peut-il devenir un vrai flop?

Article de 7 minutes

Être à l’écoute de ses émotions est le meilleur moyen d’apprendre à se connaître. Développer sa connaissance intra personnelle dès le plus jeune âge est une force indéniable. Quesaco?

 « L’intelligence intra personnelle est la capacité d’avoir une bonne connaissance de soi même, de ses forces et de ses faiblesses et de savoir tirer parti de l’expérience », selon le magazine Bubble. Encouragez votre enfant à s’écouter et à ancrer les expériences négatives comme positives en l’aidant à formuler le plus clairement possible ses pensées. Vous l’aiderez ainsi à grandir plus sereinement et à se détacher du regard des autres qui commencent toujours trop tôt. L’estime de soi est un atout pour l’aider à grandir. Cultiver la force d’apprécier davantage ce qu’il pense de lui-même plutôt que d’accorder du crédit au regard des autres. Cela est sans doute le cadeau le plus précieux que vous pouvez lui faire. Le ressenti est le siège de la perception que l’on se fait de soi-même, y compris chez les enfants. C’est important de faire la paix avec ses préjugés puisque le monde change sans cesse. Les principes et les coutumes aussi évoluent. La rigueur d’antan laisse place à la construction d’une belle relation entre parent et enfant. Exiger de nos enfants qu’ils soient des adultes est impossible. Leur cerveau ne le leur permet pas. Si prioriser nos valeurs était le moyen de mettre en avant les 3 aptitudes sociales les plus importantes à vos yeux et la manière de gagner en sérénité, quelles qualités souhaiteriez-vous transmettre à vos enfants ?

Le contexte pour prendre de la hauteur

Un jour férié pour prendre le temps avec ma loupiotte d’apprendre à coudre fût l’une des idées qui est née ce matin dans mon esprit. Repriser le trou qui s’est formé dans l’emmanchure d’un de ses gilets. Pas n’importe lequel bien sûr. Un de ceux que je préfère. C’était dans ma to do de ce weekend. Il traînait là depuis un moment dans le salon. J’aime laisser quelques petits trucs ici et là pour m’inciter à les traiter le plus vite possible puisque j’aime l’ordre. Initialement j’avais planifié de m’en occuper pendant le temps calme après le déjeuner mais j’ai voulu me lancer un petit challenge avec la complexité d’intégrer mes enfants dans le processus. Depuis le début du confinement je souhaite faire mille et une choses mais allier télétravail avec l’école à la maison tout en cumulant la garde d’enfants, même avec le plus grand soutien du Papa, les journées sont denses. Les petits trucs à faire s’accumulent et le désordre aussi. J’ai donc profité de l’engouement de mes enfants pour sortir la machine à coudre pour leur expliquer son utilisation et ainsi réaliser une activité avec eux.

« Nous allons apprendre à repriser un trou avec la machine à coudre ». « Ouaaaiiiiiiiiiiiiiiiis. » Le bel engouement du début fait plaisir. « Nous allons recoudre le trou dans l’emmanchure de ton gilet gris. »

« … »

Cette petite hésitation avant de répondre m’a fait « Tilt »! L’inadéquation entre deux personnes est la plus merveilleuse des choses. Cela permet d’appréhender les situations d’une nouvelle manière pour y apporter un éclairage différent. C’est une belle opportunité pour grandir ensemble. En se prenant par la main entre parents et enfants. Quatre étapes pour vous aider à vous y retrouver en gardant son calme.

Laissez votre enfant s’exprimer en toute bienveillance.

Le ressenti de l’enfant

« Je n’aime pas ce gilet! »

« Pourquoi n’aimes-tu pas ce gilet? » « Parce qu’il est gris, moi je n’aime pas le gris. Il est trop petit. Je n’aime pas les boutons aussi. Je n’aime que le fils argenté. »

« Quand je me regarde je ne me sens pas jolie avec ce gilet ». Oui, oui, la cours de récré est pleine de cruauté. Si vous souhaitez en savoir plus vous pouvez lire mon article « Vêtements, motifs d’expressions: qu’est-ce qui se cache derrière les crises de mon enfant »? ►  Lire l’article. La vérité sort de la bouche des enfants. Surtout ne minimisez pas les propos de vos enfants. Un ressenti de s’invente pas. C’est le reflet de sa réalité et de ce qu’il vit.

Les propos des enfants peuvent-être plus durs encore lorsqu’on les reçoit en tant que parent. Et c’est tout aussi déroutant puisque ce vêtement vous avez pris soin de le choisir pour votre enfant. Parfois, on s’emballe pour des articles chers. Entendre: « Ton pull, il est trop nul ». Ça ne fait pas plaisir. Se sentir vexé est un sentiment normal dans ce genre de cas. Pas facile de se contenir alors que nos choix sont remis en question par nos enfants. Ne cherchez pas à avoir raison. Les rapports de force ne résolvent jamais les problèmes, ils les accentuent. La prochaine fois sera plus forte. Ouvrez le dialogue pour comprendre ce qui se cache derrière ces mots.

Une toute autre perception décorrélée de la situation

Je ne me lasse pas de ce gilet. C’est probablement pour cette raison que je ne me suis pas aperçue qu’il était devenu trop petit.

De part sa couleur il est facile à associer et de par sa nature de gilet, il est facile à enfiler et à enlever. Pour moi ce gilet est une valeur sure et un basique de garde-robe. S’il fait un peu froid et que ma fille a choisi des manches courtes, je vais lui proposer ce gilet qui va avec tout. La forme est droite, un col arrondi et ras de cou, des manches longues. Ce qui le twist et qui lui donne un côté plus mode et girly se trouve dans le choix d’un point fantaisie qui mélange le jersey et le point résille en forme d’étoile. Des détails de bords côtes avec le fils lurex argenté en bas de poignet et en bas du vêtement apportent le côté « paillettes ». Ce que la fillette apprécie très souvent. Ce gilet est un bon compromis pour allier les goûts de ma fille pour les trucs qui brillent et les miens plus sobres.

Oui, mais voilà, nous sommes différentes. Nos appétences sont distinctes. Elle n’est pas un mini moi. Accepter ce point est une étape importante et difficile. Néanmoins, incontournable pour mieux apprécier la personnalité merveilleuse qu’est votre loupiotte. Une lumière qui s’allume quand vous êtes dans le noir. Votre enfant vous alerte et vous indique ce dont il a besoin. Les enfants le font naturellement.

Comment réagir

Poser des questions pour cerner le ou les problème(s): « Qu’est-ce que tu n’aimes pas?Pourquoi? C’est la forme? Montre-moi ce que tu n’aimes pas. Comment te sens-tu quand tu le portes? Es-tu à l’aise, serré(e)? Perds-tu ton pantalon? »

Chercher à creuser davantage et reformuler avec votre enfant pour être certain d’avoir bien compris. « Tu n’aimes pas ce gilet parce qu’il est gris. C’est bien cela? »  » Parce qu’il est trop petit! » « Tu n’aimes pas ce gilet parce qu’il est gris et trop petit. C’est donc inconfortable pour toi de le mettre car tu te sens étriquée et mal à l’aise. Tu te sens limitée dans tes mouvements. »

« Et parce que les copains à l’école se moquent de moi quand je mets ce gilet! » « Ils disent que je suis moche. »

OK! Vous y êtes, à présent. « Ils se moquent de toi? Que font-ils? Que disent-ils? » « C’est qui: ils? »

Cela permet de mesurer si c’est une personne, un petit groupe ou une cours de récréation entière. Essayer de retrouver le contexte avec votre enfant sur les circonstances qui ont abouti à cette moquerie. Accueillez les réponses de votre enfant sans jugement.

Dans les cas les plus douloureux, seul votre enfant pourra vous l’exprimer pour savoir comment l’accompagner sur ce chemin. Vous devrez le laisser vous dire s’il souhaite ou non votre intervention et de quelle manière vous pourrez le faire. La plupart du temps, le fait de vous en parler et de se sentir écouté et compris leur permet de rebondir.

Les solutions

Demandez-lui ce qu’il attend de vous ou s’il a des solutions à proposer qui lui conviendraient. Tournez-vous vers l’écoute et l’accueil de ce que votre enfant vous dit. C’est primordial. Lorsqu’il se livre votre enfant le fait en toute honnêteté et si vous souhaitez développer votre complicité avec lui c’est grâce au sentiment de sécurité qu’il a avec vous. De cette manière votre loupiot développera sa confiance et son estime de lui-même. Être parent c’est devenir un guide. C’est aussi la responsabilité d’accueillir des émotions. Lui dire que ça n’est rien revient à nier son ressenti et il peut perdre l’élan de venir vous trouvez pour apaiser ses angoisses.

Vous n’êtes pas obligé d’accepter tout ce que votre enfant vous demande. Il vous faut trouver une solution qui puisse vous convenir aussi. La diversité dans les boutiques vous permet de trouver des vêtements pour satisfaire tout le monde comme la T-blouse. Elle est le résultat de l’association de deux produits, le T-shirt et la blouse, pour proposer une nouvelle offre plus adaptée aux enfants. Vous pouvez consulter mon article sur ce sujet. ►  Lire l’article. Pour préparer vos prochains achats ou vos prochaines réalisations, si vous faîtes de la couture ou du tricot, poser des questions complémentaires avant de vous lancer ou de faire du shopping. Y a rien de pire que de lire leur déception quand on tient à quelque chose. « Y a-t-il quelque chose que tu aimes sur ce vêtement ou sur les autres habits dans ton placard ? « Le fils argenté, tu aimes bien. » A priori les paillettes, c’est ok! »

Ce qu’il faut retenir

Rester vigilent sur les réactions de vos enfants par rapport aux vêtements. Elles sont un bon indicateur de ce que vivent vos enfants à l’école et peut expliquer en parti leur comportement à votre égard ou sur leurs attitudes qui sortent de l’ordinaire; Vous parent, figure d’attachement. Pas si simple de rester fort devant l’ampleur et la virulence de certaines réactions de nos chères têtes blondes; Qu’ils soient petits, plus grands ou ados.

Ouvrir la discussion sur ce qu’ils n’aiment pas ou ce qu’ils aiment. Ce qui est tout aussi important. Je suis en train de vous préparer un article sur les vêtements que les enfants préfèrent. Bien souvent en tant que parent, on les déteste ces vêtements-là.

 Et vous, quel est le vêtement que votre enfant refuse de mettre? Dites-le moi en commentaires, j’ai hâte de vous lire.

Sources:

« J’aide mon enfant à développer son estime de soi » de Bruno Hourst, Editions Eyrolles, 2019

Bubblemag.fr

Comment réaliser un bavoir avec du matériel recyclé ?

La maxime « Il ne faut pas mélanger les torchons et les serviettes » ça vous dit quelques chose ?

Ici, nous allons voir  comment réutiliser un torchon pour le transformer en bavoir. Celui-ci pourra évoluer avec le temps pour devenir une serviette quand votre enfant grandit. Une protection antitache qui accompagne votre enfant au fil de ses expériences alimentaires et qui représente une dépense moindre puisque la matière principale est déjà dans vos tiroirs. Une transition en douceur vers l’acquisition des gestes plus sûrs pour votre loupiotte et moins de tâches sur ses vêtements.

IMG_20200404_142016

Fournitures :

  • 1 torchon dans les coloris de votre choix
  • 1 mètre ruban ou une règle
  • 50 cm d’élastique (hauteur 3mm)
  • Du fils de la même couleur que votre torchon
  • Du fils à bâtir
  • Des épingles
  • 1 épingle à nourrice (le plus petit format)

Temps de réalisation : entre 20 et 45 minutes

etapes bavoir

 1/ Mesurez une distance de 11 cm depuis l’un des 2 bords les plus longs de votre torchon. Puis rabattez vers l’intérieur de celui-ci une valeur de couture de 1,5cm et maintenez ce repli à l’aide d’une épingle.

2/ Renouvelez cette opération de façon symétrique sur l’autre bord. Epinglez le milieu de la distance entre ces 2 épingles. Puis reprenez le milieu de cette nouvelle moitié de part et d’autre et piquez avec des épingles. Vous devez poser 5 épingles.

3/ Vous pouvez choisir de bâtir avec le fil spécifique et retirer les épingles avant de piquer à la machine ou coudre directement sur l’ourlet avec les épingles en prenant soin de retirer ces épingles avant que le pied de biche ne passe sur celles-ci (risque que les épingles cassent et n’émoussent l’aiguille à coudre de la machine). Arrêtez les fils et coupez ceux qui dépassent. Enlevez le fil à bâtir si vous l’avez mis.

4/ Attachez l’épingle à nourrice à l’élastique et passez l’épingle à nourrice dans le tunnel que vous venez de réaliser. Libérez l’élastique et nouez les 2 extrémités de celui-ci.

Pour les torchons troués que vous souhaitez recycler, vous pouvez réaliser des motifs brodés pour dissimuler les trous.

IMG20200404141115

Ci-dessous quelques exemples de créations

(Sens de lecture de gauche à droite)

ambiance customiser les trous

1.interfasion.com

2.crochetconcept.com

3.knitdo.com

Bravo. Votre bavoir est réussi. On passe à table, il n’y a plus qu’à déguster le bon repas servit. Les dimensions de ce bavoir ou de cette serviette couvrent la totalité des plus petits et protègent largement les plus grands. Vous pouvez en faire autant que vous voulez et dans tous les coloris qui vous plaisent. De quoi se sentir un peu plus serein lors des repas pour laisser les enfants se débrouiller avec leur assiette. Bon appétit !

Comment réaliser des séparateurs de vêtements pour mes enfants

Envie d’aider votre petit loupiot à structurer son esprit tout en gagnant du temps? L’accompagner pour s’y retrouver pas à pas vers plus d’autonomie?

Pour l’aider à ranger et à s’organiser « Tout seul ! », ce tuto est un bon support pour développer sa logique. Chaque chose à sa place et chaque place à sa chose. Quoi de plus rassurant pour un enfant que de lui proposer des bacs pour y ranger ses habits. Un contenant équivaut à un à type de vêtement.

Comment obtenir des petits rangements pour séparer les éléments dans vos tiroirs pour réaliser des modules simples et personnalisés grâce au recyclage?

Sans titre-1

Fournitures :

  • Une boite de mouchoirs
  • 1 cutter ou une paire de ciseaux
  • Du ruban adhésif

Facultatif

  • Un tube de col pour carton/papier ou multi-supports
  • Des pinces à linge
  • Un morceau de carton pour protéger lors de la coupe
  • Une planche de coupe ou protéger votre table des marques de cutter

Temps de réalisation 20 minutes (+ temps de séchage 8 heures ou une nuit)*

*Le temps de réalisation varie en fonction du choix de customisation définit.**

Sans titre-1

Découper la partie supérieure de cette boite. Vous pouvez au choix découper directement cette partie ou décider de démonter la boite pour la mettre à plat. Vous pourrez ainsi la découper plus proprement.

Sans titre-1

Si vous opter pour la seconde proposition, vous devez aller dans votre poubelle de recyclage et aller y récupérer un morceau de carton que vous allez insérer entre les 2 épaisseurs de la boite, préalablement mise à plat, pour protéger la partie inférieure lorsque vous découperez au cutter.

Décoller soigneusement à l’aide votre cutter les côtés en glissant votre lame entre les épaisseurs et avancer délicatement jusqu’à l’autre extrémité. Répéter cette opération sur l’autre côté de la boite.

Sans titre-1

La boite est à présent à plat. Inséré le morceau de carton récupéré précédemment et découpez la partie du haut sur les 2 bords les plus larges puis couper les plus petits côtés. La partie supérieure est ainsi découpée. Bravo !

Mettez à nouveau en forme votre boite en collant les petits côtés sans oublier les plus petites parties découpées lorsque la boîte était à plat. Laissez sécher

Astuces : Maintenez votre collage grâce à des pinces à linge

étapes par étapes

Autre variante encore plus simple ; Utiliser la boite de mouchoirs directement dans le tiroir pour y ranger les chaussettes ou les socquettes.

Sans titre-2

Inspirations pour les rangements ou comment customiser votre boite?**

Il faut commencer par faire le choix d’un design qui vous plait.

(Sens de lecture de gauche à droite)

  1. Réalisation des dessins par vos enfants www.loupiottes.com
  2. Création des petits rangements avec des pots de yaourts www.projetsbricolage.com
  1. Recouvrir avec du tissu mon-totem.fr
  2. Du masking tape, des stickers, des papiers découpés etc. www.cotemaison.fr(Bricolo Factory)
  3. Du papier ou du carton recyclé beeorganisee.com
  4. Fabriquer soi-même des séparateurs pour tiroirs www.bosch-diy.com

Inclure sa loupiotte dans vos réalisations, lui permet de se canaliser tout en vous apportant son aide. Cela lui permet également d’appréhender l’estime de soi, de développer sa motricité fine et son imagination si vous optez pour la customisation avec les dessins d’enfants. Une grande fierté pour eux et le plaisir de voir leur créativité utile pour tout bien ranger. Ils seront ravis de ranger leurs sous-vêtements les jours de lessive ! Alors, qui va laver son linge sale en famille ?

Se faire blouser : Comment reconnaître une blouse ?

Article de 6 minutes

Comment s’y retrouver dans l’immensité de choix proposés dans les grandes et moins grandes enseignes ou chez les créateurs ? La panoplie des hauts se trouve en tête avec des formes qui se transposent les unes aux autres. La blouse est certainement la catégorie qui laisse la plus large place à la fantaisie et qui peut s’exprimer par le biais de la forme ou grâce aux détails. « Mais qu’est-ce que loupiotte avait sur le dos ce matin ? »

Une blouse ou une chemise ?

Elle se décline dans d’innombrables combinaisons, manches courtes ou longues, ouverte devant, dos nu, fente sur les côtés, patte polo, fente boutonnée, nouée, fermée avec une forme de goutte. Autant de détails pour les différencier mais un seul élément en commun et il est identifiable entre tous : la blouse ne porte pas de pied de col. Impossible de vous tromper puisqu’à présent vous savez distinguer la blouse de la chemise. Une fois cette spécificité bien intégrée, vous pourrez accompagner votre enfant dans la découverte de sa garde-robe et l’encourager à développer son intérêt pour les habits. Les laisser appréhender les vêtements à leur manière permet d’associer plusieurs sens en même temps pour mieux les aiguiser comme le toucher et la vue.

Développer le toucher

Confectionnée dans des matières plus ou moins légères en fonction des saisons, la blouse est un vêtement incontournable. Fréquemment proposées en coton ou réalisées dans des matières mélangées avec des fibres synthétiques ou naturelles, elles sont faciles à porter. C’est tellement agréable de les toucher pour se rendre compte de celles qui sont toutes douces, transparentes, duveteuses ou encore grattées. Si amusant de passer les doigts dedans et de différencier celles qui grattent de celles qui piquent. Peser dans la main, les matières lourdes, celles qui sont brossées, froides, satinées, glissantes ou encore fluides. Osez laisser les petites mains de vos loupiots s’amuser dedans et leur demander ce qu’ils sentent ; « Qu’est-ce que tu sens ? Le toucher est-il doux, glissant, sec ? »

Aiguiser les sens

Avec des dessins aux motifs imprimés, brodés, des applications de tissus, des transferts, des ajouts de sequins, paillettes, autant de raisons de s’émerveiller et de montrer à vos trésors toute cette variété. Prendre le temps de regarder les vêtements avec son enfant devient une nouvelle manière pour apprendre et acquérir du vocabulaire. Une nouvelle façon de créer une expérience agréable pour lui apprendre ou réviser les couleurs. « Oh regarde, qu’est-ce que tu vois sur ta blouse ? C’est un imprimé avec des perroquets. « De quelles couleurs sont-ils ? MULTI-COLORES ! » Et là c’est vous qui êtes très impressionnés; Un nouveau mot vient de sortir de la bouche de votre enfant. Un joli moment de partage pour le guider doucement vers l’autonomie.

A destination des filles, fillettes et des demoiselles?

Exclusivité réservée aux filles, la blouse n’a pas d’équivalent chez les garçons. Elles laissent davantage voir la peau grâce aux manches 3/4, aux détails ajourés ou au système de fermeture.

Blouse-1

Pinterest

La T-Blouse (T-shirt Blouse)

A l’origine tissée dans une toile de coton, la blouse revêt différents visages pour toujours plaire et créer de la nouveauté sans jamais se lasser.

Un bon compromis pour réconcilier parents et enfants, la T-blouse réalisée en jersey dans des formes amples ou évasées est une option intéressante si votre loupiotte n’est pas encore à l’aise dans les tissus « tissés » (chaîne et trame) comme les cotonnades légères, les gabardines, les gazes de coton ou les twills etc. La souplesse et l’élasticité de la maille permet des mouvements plus confortables et correspond sans doute aux plus petites ou aux plus dynamiques dont le besoin de bouger est irrépressible.

Blouse-7

http://www.vertbaudet.fr

Afin de ne pas perdre le fil et balayer les possibilités qui s’offrent à vous tant dans vos dressings qu’en boutique, il faut prendre en considération ce qui peut être porté par-dessus. Il existe des blouses pour s’habiller et d’autres à enfiler et créer une superposition de couches pour éviter les tâches sur sa tenue.

mainstory

main-story.com

La blouse ou le tablier

Les deux peuvent s’utiliser puisque l’intention de ces vêtements est identique.

Blouse-3

diydistrict.com

Entre blouse et tablier peut-être est-ce l’activité qui oriente notre choix entre les deux plus que les traditions culturelles. « Où est ton tablier pour préparer le gâteau pour le goûter mon loupiot? »

A Porter par-dessus les habits pour éviter les tâches; L’un comme l’autre est proposés dans des matières faciles d’entretien et sont également mixtes. Les garçons aussi peuvent jouer les artistes. Seules les couleurs et les détails tranchent sur le genre : garçons/filles.

Et encore là, il y a débat. Les grandes enseignes s’y sont piquées. Lire la suite. ► Lire l’article… http://www.leparisien.fr/societe/vetements-pour-enfants-la-tyrannie-du-rose-et-du-bleu-10-04-2017-6840405.php

Bleu ou rose, il y en a pour tous les goûts. J’espère vous faire découvrir que le bleu n’a pas toujours été à destination de qui l’on croit. Lire la suite. ► Lire l’article… https://madame.lefigaro.fr/enfants/couleurs-denfants-choisit-on-encore-son-camp-040515-96447

La façon de porter la blouse de travail est facile puisque son usage est de protéger les vêtements pour éviter les salissures. Mais qu’en est-il de l’autre blouse?

Comment l’associer dans une silhouette ?

En fonction de la longueur du vêtement, la blouse peut se porter juste au-dessus de la ligne de taille du pantalon :

Blouse-4

mango.com

Par-dessus le pantalon

Blouse-5

Pinterest

Rentrée dans le bas

Blouse-6

us.shein.com

 De nombreuses possibilités et de multiples manières de s’amuser avec les blouses. Des motifs renversants et des formes pour valoriser juste ce qu’il faut. Des blouses pour se vêtir ou pour se protéger. Un même mot mais des usages qui divergent. Les unes pour être bien habillé et les autres pour rester propre. Prendre plaisir d’un instant partagé avec vos enfants pour leur expliquer la différence entre une blouse et une chemise va enrichir leur vocabulaire, leurs connaissances et leur culture sur les vêtements.

Laissez-moi un commentaire pour cet article et n’hésitez pas à partager les tenues de vos enfants en blouse ou vos idées de looks. J’ai hâte de vous lire.

Sources :

http://www.madmoizelle.com/lexique-mode-partie-1-hauts-444099

« Le rose et le bleu, la fabrique du féminin et du masculin » de Scarlett Beauvalet et Emmanuelle Berthiaud, 2015, Éditions Belin

https://www.youtube.com/watch?v=AY2lFAF7fDw

https://www.youtube.com/watch?v=UvUjvN5TVMQ

« Pink and Blue : Telling the Girls from the Boys in America » from Jo B. Paoletti, 2012, Indiana University Press

https://www.youtube.com/watch?v=dcnYPM_fVG0

 

COMMENT BIEN PREPARER LA SEMAINE : S’HABILLER SANS CRISES.

Article de 10 minutes

L’idée de la case habillage chaque matin vous donne le tournis et apporte de l’appréhension chez vous ? Chaque minute compte le matin parce qu’il y a des horaires pour chacun : la crèche, la nounou, l’école ou pour se rendre au travail. Difficile d’être détendu dès le lever puisque vous pensez au moment fatidique de s’habiller. C’est pourtant une étape incontournable. Pourquoi s’habille-t-on ?

Cette question vous l’êtes-vous déjà posée ? Une fois adulte, nous en avons fait une habitude. Nous l’avons appris, nos parents nous l’ont transmis et enseigné. Nous oublions fréquemment d’expliquer à nos enfants les choses les plus simples. Nous l’omettons uniquement car ça tombe sous le sens. C’est comme ça et c’est tout. Habille-toi, on y va !

Les vêtements, ça sert à quoi ?

Depuis la peau de bête utilisée par l’homme de Neandertal, l’être humain n’a eu de cesse de faire évoluer la façon de se vêtir tout en perfectionnant ses vêtements, de la technique de coupe en passant par l’assemblage, pousser le travail des formes et des volumes. D’abord pour se prémunir du froid puis des intempéries, le corps est protégé au fil des siècles. Ceci s’effectue de manière évolutive et en fonction du lieu d’habitation ainsi que des conditions climatiques. L’Homme excelle en créativité pour surpasser ses fragilités physiques et physiologiques en vue de survire. Prendre le temps avec nos enfants de découvrir la richesse de ce qui est dans nos armoires est un premier pas pour leur faire prendre conscience de l’importance de sortir habiller tout en prenant conscience des raisons pour lesquelles nous le faisons.

Régulièrement leur remémorer les règles de sociétés dont celles qui interdisent la nudité dans la rue et les lieux publiques. Leur faire cultiver l’importance de prendre soin du corps en le protégeant de l’extérieur par des vêtements. Apprendre à connaitre son enfant en repérant si son enfant à souvent trop chaud ou au contraire est frileux c’est un bon moyen de renforcer ses liens avec lui. Les enfants ont régulièrement les mains plus chaudes que les adultes car la surface parcourue par le sang est beaucoup plus courte pour rejoindre le cœur. Ils bougent beaucoup et souvent plus que les adultes. Tout aussi surprenant que cela puisse paraitre, avec 3°C en hiver ils sont capables de vous dire qu’ils ont envie de retirer leur manteau parce qu’ils ont trop chaud. Et notre premier réflexe puisque nous sommes congelés, c’est de s’y opposer sans réfléchir. Essayez de courir, sauter comme eux, je ne vous donne même pas 2 minutes pour avoir envie de retirer votre manteau.

Se mettre à la place de l’autre est primordial pour le comprendre sans pour autant tout accepter. Le fait de faire ce petit pas de côté est un avantage considérable pour encourager son enfant à grandir tout en le soutenant vers son autonomie. Le soutenir dans ses expériences tout en apprenant de ses erreurs pour mieux faire la fois suivante. Le guider dans son apprentissage pour mieux comprendre qui il est. Le laisser se rendre compte par lui-même ce qui lui est le plus adapté.

Comment vous préparez aux différentes situations.

Je propose plusieurs hypothèses qui peuvent se présenter puisque les enfants sont surprenants. Leurs réactions peuvent nous laisser  fréquemment démunis.

Ça se passe bien (c’est le cas avec ma fille)

Et là, c’est un vrai plaisir puisque votre enfant coopère. Pour cela il vous faut l’inclure dans le process de décision. La veille au soir, lui faire choisir ses vêtements en fonction de la météo. Partager lui les informations : il pleut, il fait froid, il fait chaud ? J’ai opté pour tous les dimanches soirs, faire choisir à mes enfant leurs affaires. Je trouve trop juste chaque soir d’inclure cette étape supplémentaire dans notre routine. Je leur fais choisir le nombre de tenues. J’inclus le jeu de compter par la même occasion et j’apporte un côté ludique.

Loupiotte, combien de jours dans la semaine ? Un, deux…cinq ! Je m’arrête au vendredi car le weekend est un autre rythme chez nous. Il te faut donc 5 tenues. Voici la pile de culottes, lesquelles vas-tu choisir ? Pareils pour les chaussettes et les collants. Oui, il y a cette option supplémentaire pour les filles. C’est un peu plus varié. Pour les bas, tu choisis pantalon, jupe, short, robe ? Entendu, place tes tenues de gauche à droite : Lundi, mardi, mercredi, jeudi, vendredi. Super ! Continuons. On en profite pour répéter les jours de la semaine. Les T-shirts, combien t’en faut-il ? Sélectionne les 5 dont tu as envie. Poursuivez ainsi de suite en fonction des températures et rajouter des épaisseurs si besoin : gilets, pulls etc.

Ça se passe mal (mon fils le fait)

Non pas qu’il crie mais hurle. Court dans toute la maison. S’échappe. Rigole, à croire qu’il se moque de vous. Vous enragez, vous fulminez le matin. L’heure tourne. Impossible de le faire s’habiller et encore moins qu’il le fasse seul. Je vous donne raison, c’est très énervant. Quelques astuces pour s’en sortir et ça demande un peu plus d’organisation et de créativité. Mais à force de répétition quotidienne, les enfants en prennent l’habitude. Et l’enfer du matin s’améliore.

Il est important de prendre en considération l’âge de vos enfants. S’adapter aux possibilités qui se présentent devant vous et faire des demandes adaptées en fonction des acquis de chacun c’est faire preuve de bon sens et l’occasion de prendre un peu de recul sur cette situation qui vous préoccupe. Un enfant de 8 ans est plus autonome que celui qui n’a que 3 ans. Si vos attentes sont décorrélées par rapports aux capacités de vos enfants vous n’obtiendrez pas ce que vous souhaitez. Gardez bien à l’esprit ce point lorsque vous formulez des demandes à vos loupiottes.

1/Lister d’abord toutes les règles établies chez vous pour la préparation du matin

Exemples :

  • Prendre son petit déjeuner,
  • Débarrasser la table (y compris pour les plus petits grâce aux couverts et vaisselle en matériaux souples qui réconcilient avec le lâcher-prise car ça ne casse pas),
  • Se laver les dents,
  • Débarbouiller le visage,
  • Se coiffer,
  • Regarder la météo
  • Choisir les vêtements
  • S’habiller
  • Passer au WC avant de partir,

Cette liste n’est pas exhaustive et ce sont des propositions pour vous permettre de rebondir et vous questionner afin de trouver ce qu’il vous faut. Cette routine vous devez l’établir avec vos enfants en prenant soin que les besoins de chacun soient comblés. Si vous vous rendez compte que s’habiller après le petit déjeuner devient impossible car votre enfant rêvasse pendant des plombes devant son petit dej. Proposez qu’il s’habille au saut du lit. La routine parfaite n’existe pas. Vous devez réajuster, trouver ce qui fonctionne avec vos proches et cela au fur et à mesure.

2/ Etre flexible et offrir le choix

C’est le moment de s’habiller. Tu veux commencer par le slip ou les chaussettes ?

Ça ne marche pas du premier coup ? Insister en prenant soin qu’il vous regarde et tendez les éléments devant lui. Il va peut-être vous proposer une alternative : « Me brosser les dents ». C’est ok. L’important est qu’il respecte chaque règle établie. Après les dents, proposer de nouveau par commencer avec le T-shirt ou le slip. Répéter les choix jusqu’à habillage complet. Respecter son temps de réflexion. Il est plus long que celui d’un adulte. C’est parfois déstabilisant et on peut se sentir agacé si l’on se sent pressé par le temps surtout le matin. D’où l’importance d’anticiper le choix des vêtements la veille et cela est d’autant plus vrai si votre enfant est en bas âge.

Ça peut être également de lui offrir la possibilité de choisir en 2 t-shirts : le bleu ou le jaune ?

Egalement, lui proposer de l’habiller, s’il est encore petit, pendant qu’il joue. Vous pouvez développer un jeu avec lui ou peut-être même qu’il va vous le proposer. « Maman, on fait Ame-stram-gram et c’est toi ou moi qui choisis ce que je mets en premier ».

3/ Maintenir l’objectif : S’habiller avant de sortir.

Je ne veux pas ! Non ! Vous êtes arrivé au point de rupture. Vous avez tout essayé et pourtant ça ne fonctionne toujours pas. Vous allez bientôt lancer une hurlante ? Prenez une profonde inspiration. Faites-le plusieurs fois jusqu’à ce que votre colère s’en aille. Isolez-vous si besoin. Je compatis. Je le vis le matin aussi. On ne va pas se mentir, votre enfant ira dehors lorsqu’il sera habillé. Parole de maman !

4/ La petite musique qui fait le twist.

Vous pouvez décider de mettre une alarme, à une heure fixe tous les matins, qui indiquera à votre enfant que c’est le moment de s’habiller. Ça passe mieux par le biais d’un signal extérieur et plus neutre pour votre enfant. Prévenez-le avant de commencer ce rituel quotidien  puisque vous mettez en place cette nouvelle règle. Faites-lui choisir la sonnerie, il appréciera d’autant plus.

5/ Utiliser la psychologie inversée

D’accord tu ne veux pas t’habiller, tu iras à l’école en pyjama. Votre enfant sait très bien qu’on ne va pas à l’école en pyjama. Le fait de lever la pression, cela donne envie à votre enfant de s’habiller. Non, je veux m’habiller ! Formidable, par quoi commences-tu : chaussettes ou slip ? Et vous voilà reparti sur votre objectif. Poursuivez la préparation du matin jusqu’à ce que chaque règle fixée dans votre foyer soit respectée.

Il/elle s’en fout

Ça facilite la tâche puisque votre petit loupiot est en train de jouer. Il est même bien absorbé parce qu’il fait. En deux temps, trois mouvements, il est habillé. C’est ponctué par des petites phrases encourageantes :« Vas-y, à présent il faut changer de main. Comment vas-tu faire ? » Pendant ce temps vous lui enfilez les bras dans le t-shirt.

Parfois, votre enfant sera plus réticent puisqu’il est en train de jouer et que vous serez forcé de constater que son jeu est entrecoupé. Il peut se braquer. Essayer alors d’en jouer. « Oh regarde, tu tiens sur un pied ! Vas-y, essaye de passer ta jambe dans le tunnel. Où est le petit pied ? Il est là ! » Soyez généreux en sourire car c’est communicatif. Les enfants sont de vraies éponges émotionnelles.

Encore quelques astuces pour vous aider.

Les petits +

Se lever un peu plus tôt pour s’occuper de soi et être plus zen et disponible pour vous occuper de vos enfants.

Lorsqu’ils sont en âge de s’habiller seul, veillez à ce qu’ils choisissent l’endroit ou déposer la pile de vêtement avec lesquels ils s’habilleront afin que cet endroit soit bien défini au préalable. Prendre le temps d’expliquer comment vous comptez procéder afin que chacun participe à ce choix. Cela vous dégagera du temps.

Avoir toujours en tête que le jeu est primordial chez nos enfants. C’est leur métier. C’est en jouant qu’ils apprennent le mieux. Soyez créatifs pour vous extirper des contrariétés.

Prendre conscience que c’est seulement entre 6/7ans que les enfants s’habillent vraiment tout seul. Alors encore un peu de patience si votre loupiotte est encore en train de mettre sa culotte depuis 10 minutes.

Parfois les enfants réservent de belles surprises puisqu’ après avoir répété plus de 1000 fois « va t’habiller », un jour ils le font vraiment et seul. On est ébahi lorsque ça marche.

 Pour conclure, faire de la patience et la répétition vos meilleures alliées. Anticiper en préparant à l’avance et avec eux les tenues de vos enfants. Cela permet de retrouver un peu de sérénité. La créativité est une bonne amie pour vous sortir des rapports de forces et trouver des solutions pour avancer. Lever la pression grâce à la psychologie inversée tout en l’accompagnant avec bienveillance. Proposer de jouer pour augmenter la motivation de vos enfants est une alternative pour aboutir à la coopération. 1, 2, 3…partez ! Et c’est gagné.

Dites-moi, en commentaires, ce qui a marché chez vous. Comment êtes-vous parvenus à atteindre votre objectif ? J’ai hâte de vous lire.

PhotoBOO pour Halloween

Boo ! Quoi de plus amusant que de se déguiser à l’infini avec quelques accessoires tout droit sortis du musée des horreurs ? Papier, ciseaux, baguette et la magie peut opérer…Une dose de fou-rires et délire garanti.

20181027_132956

Fournitures :

  • Papier cartonné
  • Baguettes en bois
  • Ruban adhésif double faces ou colle liquide multi-support

Temps de réalisation 30 minutes

  1. Réaliser soi-même les accessoires, acheter un kit à selfie ou imprimer celui-ci
  2. Découper les éléments
  3. Accrocher les baguettes avec de petits morceaux de ruban adhésif double faces ou les coller et laisser sécher pour la dernière option jusqu’au durcissement de la colle.
  4. Amuser vous à prendre la pause et souriez ! Vous êtes photographiés

20181028_203300

Amusez-vous en ajoutant un vieux cadre récupéré dans une grenier pour un effet frousse garantie !

La rédac by Loupiottes