Comment rendre le T-shirt de votre enfant unique au monde ?

Plusieurs T-shirts similaires dans les placards de votre enfant ? Besoin d’une idée créative pour transformer un T-shirt comme tous les autres en un vêtement unique et différent aux couleurs de votre enfant ? Ce petit tuto sera l’occasion de vous montrer comment réaliser un T-shirt avec un motif exclusif grâce aux feutres textiles. Aucun autre enfant ne pourra avoir le même. Promis !

20180726_135956

Fournitures

  • 1 fer à repasser
  • Du papier cuisson
  • Un morceau de carton ou un vieux magasine
  • Du ruban adhésif
  • 1 T-shirt
  • 1 crayon à papier
  • Le motif de votre choix imprimé sur une feuille
  • 1 feutre textile noir
  • 1 feutre textile chair

Temps de réalisation 1h

  1. Entrainez-vous sur un support similaire comme un vieux T-shirt afin de rendre votre geste sûr et maîtriser le feutre textile. Apprendre à utiliser le feutre requiert un peu de pratique. S’exercer permet de trouver la bonne pression et obtenir le bon débit d’encre pour obtenir un trait plus net. Cet outil s’utilise facilement sur les aplats de couleurs.
  2. Lorsque vous vous sentez à l’aise avec le feutre textile, repasser le vêtement choisi pour réaliser ce tuto afin de lisser les fibres du T-shirt pour faciliter le passage du feutre sur une surface la plus plane possible
  3. Installer votre motif à l’intérieur de vote t-shirt et placez le à l’endroit choisi. Ici je l’ai placé au centre du T-shirt. Maintenez-le avec du ruban adhésif pour plus de confort lors de votre tracé avec le crayon à papier.
  4. Introduisez sous votre motif un vieux magasine ou un morceau de carton pour éviter le transfert de couleur lorsque vous allez appliquer le feutre.
  5. Prenez votre crayon à papier et recopier le motif par transparence. Prenez votre marqueur et repasser sur le crayon à papier. N’hésitez pas à maintenir le textile avec vos mains pour faciliter le passage du feutre. Retirez le carton et le motif placés préalablement à l’intérieur du T-shirt
  6. . Découpez 2 morceaux de papier cuisson et posez l’un au-dessus du motif réalisé au feutre et l’autre à l’intérieur du vêtement pour une meilleure adhérence de la couleur sans avoir l’inconvénient de traverser le vêtement et repassez pour fixer la couleur ?

Sans titre-3

Prenez plaisir à partager cette activité avec votre enfant en lui proposant de customiser lui-même son T-shirt avec un motif arc en ciel, un nuage ou tout autre invention tout droit sortie de son imaginaire.

La rédac by Loupiottes

Boutonner lundi avec mardi : A quoi reconnait-on une chemise ?

Article de 5 minutes

Du linge à laver, à repasser, à plier, à ranger dans les armoires, c’est le lot quotidien de nombreuses familles car s’habiller est une nécessité. Mais écoutez bien, si, si, prenez le temps de faire attention à ce silence trop beau pour être vrai. Et voilà ! Les piles de vêtements soigneusement empilées dans les placards sont, en un tour de main, savamment rangées dans un ordre nouveau pour faire comme papa et maman.

La colère peut vite nous gagner mais prenons cette expérience pour impliquer nos enfant dans l’organisation de la maison et faciliter son apprentissage tout en s’amusant. Vous gagnerez du temps et votre chérubin se sentira investi d’une mission et valorisé en contribuant à vous aider. Transformons ensemble ce moment de contrariété en délicieux moment de complicité.

Dis Loupiot, elle est jolie la chemise que tu tiens dans tes mains.

C’est quoi une chemise, Maman ?

A l’origine, il y avait…

Une pièce de tissu en forme de T dont la coupe était droite. Ceci était enfilé par la tête comme les bodies pour les bébés et les tricots de corps pour les enfants. Tu vois, loupiot, ceci s’appelait la Tunica durant la période de l’Antiquité, il y a très, très longtemps. L’ancêtre de la chemise, la camisia, est arrivée un peu avant le Moyen-Age. Ce vêtement se composait de panneaux en tissu pour le buste dont les manches étaient coupées séparément et cousues aux emmanchures. La camisia se portait pour protéger les beaux habits des saletés car les vêtements étaient très peu lavés. A partir du Moyen-Age, la chemise est à la mode et connait une évolution grâce à la coupe et différencie les hommes et les femmes en fonction des longueurs.

Les parties de la chemise

« Alors, regarde loupiotte. C’est un vêtement qui couvre le buste et les bras, boutonnée sur le devant de haut en bas, avec des manches, un col et/ou un pied de col. Lorsque c’est pour une dame, ceci s’appelle un chemisier et pour un monsieur une chemise. Si les manches sont courtes cela devient une chemisette. »

Sont-elles toutes identiques ces chemises ?

Si elles peuvent paraître de bon ton pour des évènements particuliers, il n’en reste pas moins qu’aucune chemise ne se ressemble. Il existe différentes coupes qui permettent d’avantager la silhouette même chez les petits. Si ! Pensons que les vêtements sont réalisés pour souligner l’allure et donner la meilleure impression.

La coupe peut-être cintrée, droite, de forme évasée ou plus ou moins ample. Le choix est encore plus large chez les puces avec des détails de plis, de fronces, rubans, volants dont les fantaisies nous font marcher au coup de cœur.

On a vu ensemble que la chemise était présente dans nos malles depuis des millénaires ; elle est composée d’éléments caractéristiques tels que le col et une ouverture complète à boutons ; des coupes et des détails qui en font un indispensable pour habiller les loupiots. Chez les enfants, les détails appliqués aux poignets sont simplifiés pour faciliter l’habillage tant pour les parents qui sont pressés que pour favoriser l’autonomie des plus petits.

Comment porter la chemise?

Placée à l’intérieur du pantalon pour un look plus preppy, la chemise se porte aussi ouverte par-dessus un t-shirt et s’utilise comme une veste. Tout simplement sortie, elle apporte une note plus décontractée.

Sans titre-1

@milkmagazine.net #Carrément Beau

Sans titre-2

@kids-magazine.com #Hundred Pieces

Un petit jeu pour s’amuser

« Je vais te montrer comment faire un tas de vêtements. Prenons celui-ci et posons-le sur le premier et recommençons avec tous les autres ! Loupiot, et si on faisait la plus grande tour de vêtement avant de tout ranger ? »

Profitons de ces instants, pour lui montrer les motifs qui sont sur ses vêtements pour l’aider à enrichir son vocabulaire. C’est toujours plus sympa d’apprendre en s’amusant.

« Alors, les puces ! Que voit-on encore sur cette chemise ? » « C’est vert, Papa ! » « Que peut-on décrire encore ? ». « Y a des carrés, Maman ! »Les dessins qui sont proposés, carreaux, rayures, motifs figuratifs, géométriques, abstraits, des couleurs unies ou des coloris en faux-unis, qui sont autant de manières pour animer et diversifier les vêtements que vos enfants portent. De quoi composer de jolies tenues à vos petits loups.

 

En leur permettant d’observer ce qui se trouve sur leurs habits tout en échangeant avec eux, nous créons un instant de complicité. Nos enfants se sentent impliqués dans l’organisation de la maison tout en prenant conscience de ce qui les entoure. Nos enfants mémoriseront plus rapidement, qu’une chemise est composée d’un col ou d’un pied de col, d’une boutonnière qui s’ouvre de haut en bas et des manches, parce que nous le leur aurons montré. Ils auront pu toucher les boutons, le col, la matière et tout autre détail susceptible d’aiguiser leur curiosité et leur envie d’apprendre. Le reste des hauts qui se trouve dans leur commode sont des pulls, gilets, polos, t-shirts, débardeurs, liquettes et blouses mais certainement pas une chemise.

Laissez-moi un commentaire pour cet article et n’hésitez pas à partager les tenues de vos enfants en chemise ou vos idées de looks. J’ai hâte de vous lire.

Dans les pas de Papa et Maman

Article de 5 minutes

Ça y est ! Les enfants ont fait leur rentrée ! Les vacances sont passées à  vitesse grand « V » au rythme de « farniente » et des doigts de pieds en éventail. N’aviez-vous pas remarqué que leurs pieds avaient pris quelques centimètres en moins de temps qu’il n’en faut pour le dire ? L’automne est déjà là et au pas de course vous êtes en train de penser : il leur faut des chaussures et vite ! Mais quelles chaussures au juste ?

« C’est le moment de mettre tes chaussures, mon petit loupiot. » Le mot chaussure revient très souvent dans notre quotidien. De quelles chaussures parle-t-on ? De celle-ci ou de celle-là ? Mais quels sont les types de chaussures qui existent pour les enfants ?

Des copies des modèles adultes aux chaussures plébiscitées par les enfants

Il n’y a pas si longtemps de cela, les enfants portaient des chaussures à l’effigie de leurs parents. Des copies des modèles adultes. L’enfance en tant que telle trouve sa place grâce à des courants de pensées plus humanistes qui s’installent au fils des siècles et qui traitent l’âge tendre comme une période de la vie et non plus comme un état passager.

La mode enfantine prend son essor et devient plus qu’une simple miniature des habits d’adultes. Cet esprit de liberté gagne les chaussures. Les souliers ne marchent plus dans les pas de leurs parents mais créent leurs propres empreintes. Adieu poulaines, brodequins, mules, sabots et bottines ! Confort et praticité sont de mise avec l’élaboration de modèles spécifiques où l’étude de la podologie devient une véritable préoccupation plaçant l’innovation, le sport, les loisirs et la détente au cœur du processus de consommation.

Le Hit Shoes

Baby’s, Marie-Jane, Charles IX

Charles IX

@jacadi.fr #Charles IX

Pour les bébés, Baby’s et Charles IX ou Mary Jan sont les modèles phares. Une chaussure dont la forme est proche de celui d’une ballerine avec pour la Baby’s une lanière qui s’enroule autour de la cheville et s’attache avec une boucle ou un bouton sur le côté. Sur le modèle Charle IX la bride passe sur le dessus du pied et s’attache avec une boucle ou un système de fermeture sur le côté.

Une base de ballerine mais qui tient aux pieds ! Et oui, les tout petits ont tendance à perdre leurs chaussures. L’origine ? Difficile à dire…les enfants. Courir, sauter et jouer restent leurs activités favorites ; un vrai challenge pour les chaussures. De vrais athlètes qui ont besoin de maintien pour garder les chaussures aux pieds pour les sorties, le parc, la crèche, les airs de jeux, aller chez la nounou. Ces chaussures ont un grand succès auprès des parents pour chausser les petits pieds potelés jusqu’aux premiers pas des petits loupiots.

Bottes, bottines et bottillons

Desert boots

@clarks.fr #Desertboots

Progressivement les avancées technologiques et industrielles évoluent et investissent les garde-robes. La chaussette balaye les guêtres et autres renforts pour protéger du froid. Les chevilles des petits intrépides ont besoin d’être maintenues et protégées des intempéries tout en laissant suffisamment de liberté pour s’amuser sans avoir les pieds compressés. Vive la technicité. De la rigidité au caoutchouc, les bottines, se raccourcissent et s’assouplissent. Petit à petit, les pieds se libèrent en laissant entrer le sport et les loisirs dans les années 60 avec des bottes en plastique et des après ski pour se chausser.

Richelieux, Mocassins, Oxford, Derbys et chaussures bateau

Sans titre-1

@dcmartens.com #derbys

Une forme couvrante dont la semelle et le talon sont plus ou moins hauts en fonction des décennies, étroites ou carrées. Les modèles deviennent hybrides au profit du confort en délaissant progressivement les lacets pour favoriser la rapidité des attaches transversales fermées par des boucles ou des surfaces auto-agrippantes. Ces modèles de chaussures plus courantes chez les garçons au début du 20ème siècle s’introduisent dorénavant dans le dressing des filles. La tendance est davantage aux modèles mixtes puisque les préoccupations actuelles s’articulent autour des questions sur le genrisisme.

Chaussures ouvertes, nu-pieds et sandales

Dingo Aster

@galerieslafayette.com #SandaleDingoAster

Le procédé cousu sandalette, qui consiste en un assemblage de piqué de cuir souple, donne son nom à cette catégorie de souliers. Le modèle iconique de sandale est toujours porté aujourd’hui puisque son succès court toujours. Une chaussure qui possède une bride en forme de T au niveau du coup de pied, une attache sur le côté à boucle ou à scratch, à pression, à bouton et la présence de perforations sur le bout, une semelle en cuir ou de crêpe. Combien de paires de chaussures avez-vous achetées à votre enfant, depuis qu’il est né, qui ressemblent de près ou de loin à cette incontournable forme qui signe le temps de l’enfance ? Garçon ou fille, peut-être est-ce seulement les coloris qui donnent une impression du genre masculin/féminin.

Tennis, baskets et sneakers

Bensimon

@bensimon.com #La tennis l’original

Basket aux pieds, de la maternelle jusqu’au lycée, les générations des parents nés dans les années 80-90 se reconnaitront ! Souvenez-vous des modèles « Air max » et « Air Jordan » de chez Nike. Le mouvement streetwear issu du rap et des banlieues contribue à la diffusion de ce style décontracté de la tête aux pieds puisque qu’auparavant ce type de chaussures était réservé à l’usage des tenues de loisirs entre les années 50 et 70. Largement représentée par Pataugas, Patalo, Bensimon, Converse, ces marques affichent la tennis en toile avec une semelle en caoutchouc comme chaussure de détente. Fort de ce succès, les marques déclinent leurs modèles phares en miniature pour les bébés, petits et grands ; enfant ou non.

La boucle est bouclée puisqu’à présent certains modèles iconiques sont vendus du 21 au 40. Une histoire de transmission pour assurer les premiers pas et souligner le caractère cyclique des modes et des tendances et du style.

« La mode se démode mais le style jamais » Gabrielle Chanel.

Il y a de jolies choses dont on ne se lasse pas et qui perdurent, laissées en héritage aux générations à venir.

Pour aller plus loin :

« La Mode enfantine », Marie Simon, Editions du Chêne – Hachette Livre

http://www.chaussurespaul.com/glossaire_manuel.php

VÊTEMENTS, MOTIFS D’EXPRESSIONS : QU’EST-CE QUI SE CACHE DERRIÈRE LES CRISES DE MON ENFANT ?

Article de 7 minutes

 

Les crises à répétition chaque matin sont épuisantes. Les mêmes causes qui chagrinent nos enfants ; la routine reste inlassablement la même pour se préparer. Quand arrive le moment de passer à l’habillage, les nerfs craquent. Qu’est-ce qui peut bien mettre parents et enfants dans cet état ?

« Des envies et des besoins différents au même moment ! Si, si, c’est vrai. »

Plusieurs enjeux se dissimulent derrières ces réactions. Pour les uns c’est d’arriver à l’heure à l’école, d’être présentable et propre, pour les autres c’est de se sentir à l’aise dans ses vêtements, ressembler aux copains et aux copines, de porter LE sweat message du moment. Bref en fonction des âges il y a de quoi en perdre le fil.

Comprendre les raisons qui motivent une réaction positive ou négative chez nos enfants

Qu’est-ce qui permet à nos enfants de se motiver ou de se décourager ? Avoir l’envie de faire par eux même, découvrir et JOUER. C’est par le jeu que les enfants apprennent le mieux et très souvent aussi par imitation. En grandissant, apprendre à développer un intérêt pour quelque chose favorise une assimilation plus efficace. Une passion n’est pas innée, elle s’acquiert par l’expérience et grâce à la découverte, l’apprentissage et le temps partagé avec ses parents, ses amis, sa famille ou ses proches etc. Alors pourquoi ne pas transformer ce moment redouté en activité ludique ? Pour trouver des idées de jeux comme nul par ailleurs ► Lire la suite…

Laisser des déguisements ou des vêtements et chaussures trop grands pour laisser libre cours à la créativité de votre enfant, exacerber sa motricité fine, développer son autonomie et son envie d’apprendre naturellement. Faire par soi-même procure une grande source de satisfaction. Appréciez ce moment où votre enfant vient vous voir avec son visage lumineux et plein de fierté après avoir réussi à réaliser tout seul quelque chose.

Le vêtement répond à un besoin de confort

Les pieds comme les mains sont aussi sensibles chez les jeunes enfants. Le toucher leur permet d’appréhender le monde qui les entoure, de prendre conscience de leur corps, de la mobilité et de la sensibilité de celui-ci. Pour mieux vous rendre compte de la délicatesse de leur peau, le ministère de la santé a porté une campagne sur les accidents domestiques en 2009 et explique qu’il suffit de 3 secondes à un enfant pour avoir une brûlure au 3ème degré avec de l’eau à 60°C. ► Lire la suite…

Lorsque votre enfant vous dit « Nooonnn pas ce puuull !!!! » … Avant de vous énerver parce que depuis qu’il s’est réveillé, il a piqué plusieurs crises et vous prenez sur vous depuis 5h30 ce matin… Demandez-lui « Pourquoi » ? Il a certainement une bonne raison et il va apprécier de se sentir écouté. Il va peut-être répondre que ça le gratte, que c’est moche, que ça le gêne etc. Autant de réponses qui peuvent rendre furieux surtout si vous avez pris soin de choisir ce pull ou s’il a coûté une « blinde ». Prenez cette répartie comme un indicateur de ce dont il a besoin. Une belle opportunité d’apprendre à connaitre son enfant.

Une astuce pour vous dépêtrer de ce mauvais pas, lui proposer un autre pull. A lui de choisir entre le pull qui gratte ou tadammm…l’autre pull. Si c’est le bas qui pose problème, procédez de la même manière. Au fur et à mesure vous allez vous rendre compte que votre enfant a déjà développé sa préférence pour certain vêtement. Quelles raisons sont à l’origine de ces choix ?

Le vêtement entre en résonance avec les besoins que votre enfant est en train de développer

Les enfants ont besoin d’escalader, de grimper, sauter, courir pour découvrir leurs capacités motrices.

Votre enfant se roule par terre parce qu’elle ne veut pas mettre de robe. Elle préfère les articles de type fourreau comme un pantalon, un legging par exemple. Tant mieux, de cette manière ses genoux seront protégés des chutes et des éraflures. Pour la prochaine fête familiale elle sera entière. En lui expliquant qu’elle va retrouver ses cousines dans 4 dodos pour une belle cérémonie où les filles seront certainement en robe, vous la préparer au changement qui va s’opérer dans les prochains jours. Pour cette occasion spéciale, vous lui avez trouvé une jolie robe à mettre. Y a de forte chance pour qu’elle soit plus disposée à porter ladite tenue le jour J. De plus, votre enfant va faire l’expérience d’une bonne journée dans une robe et l’inscrira dans son ressenti comme positif. Lorsque la prochaine fois, vous aurez choisi une robe pour l’habiller, il est probable qu’elle sera davantage disposée à la porter. Parfois le refus tient seulement au besoin pratique de votre bambin et le vêtement, la matière ou la forme ne convient pas au stade de développement de votre enfant ni à son besoin du moment. Il arrive aussi que ce rejet soit le reflet d’une nouvelle étape de son évolution.

Le vêtement Appartenance ou Exclusion ?

Les bébés sont imprégnés de l’influence de leur entourage ; les parents choisissent les habits de leur progéniture tandis que les proches agrémentent ponctuellement la panoplie de cadeaux, de dons de vêtements, fabrication maison etc.

Les diktats de la mode et le jeu des marques s’opèrent très tôt, ce qui donne du fil à retordre aux parents, aux adolescents et aux enfants. Ces forces sont palpables dès l’école primaire où les enfants apprennent de bonne heure ce qui est stylé de ce qui ne l’est pas. Le vêtement est donc déjà perçu comme un signe de reconnaissance. C’est la période ou les enfants de 6/7 ans traversent l’âge de raison, un moment de grande curiosité intellectuelle et une première distanciation avec ses parents. L’enfant se rend compte qu’il pense par lui-même, que ses goûts lui sont propres et que ses souhaits sont un bon support pour ses parents d’apprendre à mieux le connaitre. Votre fille de 6 ans s’insurge si elle ne peut pas porter de « robe qui tourne », y compris lorsqu’il fait 2°C dehors ? Lors de la prochaine sortie d’école, observez comment sont habillés les autres enfants pour vous faire votre opinion. Votre enfant ne porte que les dux leggings qui sont dans ses affaires ? Peut-être que les enfants qui sont dans votre quartier de résidence ont fait dudit legging un code vestimentaire. Aspect confort, pratique ou esthétique, ont fait de ce produit le best-seller de la cour de récré ? Ça vous rend malade ? Patience, les modes passent et les goûts changent, heureuse nouvelle !

L’entrée au collège est l’étape suivante pour l’adolescent de gagner en autonomie. Un nouveau rythme, un lieu d’apprentissage différent, de nouveaux amis, de nouvelles découvertes. Un bon moyen d’apprendre de soi-même et l’occasion de se soumettre à la course vers la popularité qui peut se révéler impitoyable. Il faut le bon look, le renouveler le plus souvent possible, avoir l’approbation de ses pairs pour ne pas se faire taxer de has-been. C’est oppressant pour eux et épuisant pour les parents. L’image prime à cet âge, les émotions sont exacerbées et vos enfants ont besoin de vous plus que jamais. Pour approfondir ce point, vous pouvez lire l’article de Catherine Gibert « Les codes vestimentaires des adolescents », Adolescence & Médecine, Décembre 2011, numéro 3. ► Lire la suite…

C’est le moment de négocier et aussi l’occasion d’être fier de vos enfants pour ce qu’ils sont. A la fois de les encourager dans leur décision et de les guider dans leur choix. Pour adopter un look stylé pour votre adolescente, vous pouvez ► Lire la suite…

Pour conclure sur l’importance que revêt le vêtement dans la relation que l’on construit avec les autres et notamment avec nos chérubins, considérez que l’affirmation de vos enfants est un cadeau de la vie. C’est la manière qu’ils ont de vous faire part de leurs besoins, de leurs préférences et d’exprimer ce qu’ils sont. Cela peut parfois se présenter de manière inappropriée, très subtile, conflictuelle, voir écrasante, démesurée ou déroutante. Trouver le point positif des situations permet de prendre le recul nécessaire pour trouver une solution adaptée. A chaque âge suffit sa peine.

Sources:

Ministère des Solidarités et de la Santé, Campagne sur les accidents domestiques « Protéger votre enfant » (2009)

Vos enfants ne sont pas de grandes personnes, Béatrice Copper-Royer, éd Albin Michel

Personnaliser ses vêtements : c’est possible pour une poignée d’euros ou presque rien avec de la récup.

 

Qui n’a pas eu la désagréable surprise de s’apercevoir que d’autres parents avaient eu le même coup de cœur ? Les soldes chez Monop, un basique chez H&M et voilà que la cours de récréation, les aires de jeux se voient envahies de vêtements identiques.

Qui se pensait originale ? Force est de constater que nous allons toutes ou presque aux mêmes endroits pour habiller nos enfants chéris. Et pour cause, les boutiques sont souvent les mêmes un peu partout. La personnalisation des vêtements est une solution. En mettant votre créativité au service de votre amour, ça plait toujours. Je vous propose, tout de suite, un petit tuto à réaliser soi-même.

20180307_110600

Fournitures :

  • 1 T-shirt
  • Du gros grain largeur 25mm (Pour un nœud de 16cm de long, il faut compter 60cm)
  • 1 pastille adhésive de ruban agrippant diam. 20mm,
  • Du vernis transparent ou de la couleur de votre ruban,
  • 1 paire de ciseaux,
  • De la colle textile ou multi-supports.

Temps de réalisation 15 minutes

  1. Passez le pinceau du vernis sur les extrémités du ruban pour une finition nette et laissez sécher 5 minutes.
  2. Formez votre nœud en partant du milieu du ruban puis formez 2 boucles harmonieuses et de longueurs identiques. Nouez au milieu. Réglez la longueur des boucles aux dimensions souhaitées et serrez pour maintenir le nœud en place.
  3. Appliquez au dos la pastille adhésive puis placez à l’endroit choisi en pressant à l’aide de vos doigts pour coller la pastille autocollante.

Si vos enfants bougent autant que les miens, je vous invite à coudre le ruban agrippant à l’aide de point à la main ou avec votre machine à coudre ; une alternative plus pérenne.

J’ai utilisé des fournitures que j’avais sous la main en récupérant du gros grain provenant d’un emballage cadeau, des pastilles adhésives de ruban agrippant et d’un vernis provenant de mes fonds de placard. J’ai choisi un T-shirt que ma fille refuse catégoriquement de mettre pour relever un défi.

20180314_152836

« Comme Papa et comme Maman! »

Vous pouvez réaliser ce tuto pour vos tenues pour une collec mère/fille exclusive. Peut-être que ça donnera une motivation à votre enfant qui ne veut pas porter ce que vous avez sélectionné avec soin. Tout devient possible pour les enfants quand il s’agit de faire comme Maman et/ou Papa.

La rédac by Loupiottes